10 CLEFS POUR CONTACTER LES JOURNALISTES ET BOOSTER SON ACTIVITÉ.

 

Ça y est !
Vous êtes passée de l’idée innovante, à la pose des fondations concrètes de votre événement.
Vous êtes prête à passer au niveau supérieur !

Votre stratégie événementielle est validée et est en place : checked !
La date de votre événement est fixée : checked !
Vos invitations ont été envoyées : checked !
Votre communiqué pour faire connaître votre événement de la presse a bien été envoyé : checked !

Bravo !

Maintenant, on passe à l’étape suivante qui consiste à recontacter les journalistes.  Afin de vérifier que tous ce beau monde a bien reçu votre information. Pour répondre aux éventuelles questions, et bien sur, inviter la presse (convaincre la presse de se déplacer!) à votre événement.

Comment cela vous appréhendez l’exercice ? Comment cela, c’est une tâche ingrate ?

En effet, les relances téléphoniques n’ont pas bonne presse (wink)… Et pourtant, elles sont indispensables pour booster sa visibilité et faire parler de son activité.

Pourquoi les relances constitue une part très redoutée des relations presse, et par certains attachés de presse eux-mêmes ?

Dans mon souvenir, tous les stagiaires de l’open space redoutés d’avoir à relancer des journalistes.
C’était notre bête noire ! Et ce  pour plusieurs raisons :
1- Décrocher le téléphone avec devant soi, son responsable de stage et tout autour ses collègues savourant l’intégralité de la discussion…
2- La peur au ventre (à cause des raisons évoquées au dessus) de ne pas savoir répondre à l’une ou l’autre des questions du-des journaliste-s…
3- L’effet « boulet ». Quand c’est son premier stage, on a tendance à idéaliser (à tort) le statut de journaliste. Du coup, on a très souvent l’impression de les déranger… (Hum…parfois, cela s’avère être plus qu’une impression…)
4- Le manque de légitimité associé au statut de stagiaire, qui pousse certains de nos amis journalistes à nous envoyer… bouler…

Longtemps effrayée à l’idée d’avoir à échanger avec un journaliste, sur un communiqué de presse que je lui avais envoyé, j’ai développé quelques astuces qui m’ont aidé dans mes débuts d’apprenti attachée de presse, à appréhender au mieux l’exercice fatidique. Grâce à elle j’ai pu démythifier l’emploi de journaliste et me rendre compte que la plupart était avide des informations que mes consœurs, confrères et moi-même pouvions leur envoyer. Il fallait juste trouver le mode d’emploi, en quelque sorte : rester humain, être dans le service, partager sa passion.

Voici donc mes 10 clefs pour éviter le stress des relances téléphoniques.

CLE*1 – On se prépare

Allez on prend une feuille de papier, un crayon et on répertorie les points les plus importants à aborder.

Quoi ? Le lancement de… (infos clefs – intervenants, invités, topics etc)
Qui ? Par votre société…
Où ? A Londres…
Quand ? En mars 2017…
Pourquoi ? Dans le but de…(bref argumentaire.)

Voilà, c’est fait ! On appel et bien-sûr on garde l’antisèche sous les yeux pour se rassurer.
Ça va mieux ? Oui, vous respirez !

CLE*2 – Soignez votre présentation : Travaillez votre élocution !

« Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches? Archisèches! »

(D’autres exercices d’élocution ici : http://cocorico.com/7-exercices-delocution-francaise/loisirs-vacances-culture-bien-etre/ )

Parlez clairement ! Toujours donner son prénom, suivi de celui de votre société.

Même chose sur le répondeur sans oublier de donner son e-mail et son numéro de ligne directe.

CLE*3 – Le silence est d’or

Si l’on travaille dans un espace de co-working, on évite soigneusement de passer un coup de fil quand Vivi nous raconte la dernière blague lu sur « 36 15 – code ta vie – rubrique on s’en fout ». Ça nous évitera un fou rire… Évitez aussi le moment ou un collègue se prépare un thé ou un café… Idem si vous travaillez de chez vous : Soyez attentive à votre arrière-plan sonore !

CLE*4 – Souriez, vous êtes écouté !

Mes diverses expériences dans l’hôtessariat m’ont valu d’apprendre une chose : « un sourire ça s’entend, même au téléphone »
Sourire rendra votre voix plus agréable et inconsciemment, votre interlocuteur sera ravi de vous avoir en ligne !

CLE*5 – Concis vous serez

Reprenez vos notes et faites des phrases courtes. Vous éviterez ainsi de vous perdre et/ou de perdre votre interlocuteur.

CLE*6 – Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et simplement

On évite les phrases complexes et longues. On emploie le présent de l’indicatif.

CLE*7 – Qui me parle ?

« Écoutez, je vous arrête tout de suite… ce n’est pas mon actualité » dixit un journaliste voulant… gagner du temps.

Vous vous êtes trompé d’interlocuteur ? Cela arrive… Votre listing n’est pas à jour… Cela arrive aussi… mais c’est mal ^^

Vérifiez toujours que vous avez le bon interlocuteur. Et que votre infos est en accord avec sa spécialité. Des relances téléphoniques ne constituent en rien un jeu de loterie. Inutile donc d’envoyer votre info à un ensemble de journalistes non ciblés. Vous perdrez en temps (en leurs faisant perdre le leur) et en crédibilité. Si besoin demandez à être mis en relation avec le journaliste qui traite cette actualité. Mais plus de roulette russe !

CLE*8 – On s’accroche !

Vous serez amenée à recontacter le même journaliste à plusieurs reprises. Vous apprendrez que les journalistes sont très sollicités donc difficilement disponibles.

Soyez organisé, laissez un message sur le répondeur. Si vous l’avez eu en ligne, demandez- lui quel est le moment le plus opportun pour le rappeler. Notez quand vous devez rappeler et tenez parole.

CLE*9 – Apprenez à écouter ce que l’on vous dit

Les gens vous indiquent en général clairement le fond de leurs pensées, si vous faîtes l’effort de bien écouter.

Autrement dit, téléphoner ce n’est pas monopoliser la parole, c’est surtout écouter et entendre ce que dit l’autre.

CLE*10 – La curiosité du journaliste a été piqué ? On transforme l’essai !

On lui renvoit illico-presto un récap de notre conversation téléphonique, les infos clefs de notre événement.
En pièce-jointe, le communiqué de presse de nouveau. Puis, rebelotte, on rappelle dans les 10 jours.

Ah bah bon, on ne lâche rien tant que l’article n’est pas rédigé. Mais tout en subtilité. L’idée étant bien d’instaurer
un climat d’échange. Une fois cette relation instaurée nulle doute, qu’il vous sera plus facile à l’avenir de transmettre
des informations clefs liées au développement de votre business.

Il y a bien entendu d’autres clés… Chacun ses astuces. Quelles sont les vôtres ?

Article by Cynthia-Laure

Cynthia-Laure Etom, Consultante en Communication Globale, Coach en Image, Speaker, accompagne les Entrepreneuses dans la définition de leur stratégie de Communication et d'Image (personnelle & professionnelle). www.cynthialaure-etom.com

Be the first to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *